Chris St-Pierre — Initiative de journalisme local – APF – Ontario

 

MOONBEAM – Deux résidents de longue date du lac Rémi, situé près de Moonbeam, dans le nord-est de l’Ontario, sont sur le point de conclure quatre longues années de recherche dans le but de raconter son histoire. Le lac, qui porte son nom depuis 1905, a accueilli au fil des ans plusieurs générations de campeurs et de pêcheurs et s’est fait une belle réputation auprès des voyageurs qui souhaitent s’échapper de la ville. Debbie Blais et Gilbert Peters en sont maintenant à la dernière étape de leur projet.

Un projet de passion qui tire à sa fin

C’est en 2016 que le duo s’est lancé dans la recherche et la rédaction du récit du lac Rémi. Avant d’en arriver à la publication, prévue au printemps 2021, Mme Blais et M. Peters souhaitent compléter l’œuvre en y insérant des contributions du public. Ils espèrent notamment faire comprendre à la jeunesse l’importance historique du lac Rémi.

«Il y a bien des gens âgés ayant vécu au lac Rémi qui avaient de belles expériences à partager, se souvient Gilbert Peters. C’est eux qu’on voulait écouter. […] L’information rentrait si vite que nous n’avions pas le temps de tout noter! Nous nous sommes donc rendus chez ces gens-là pour entendre leurs histoires.»

Gilbert Peters s’est aussi rendu compte que la majorité des résidents actuels du lac Rémi n’ont jamais entendu ces contes, une raison supplémentaire de les inscrire dans la tradition écrite.

«Au cœur de Moonbeam»

«Les gens qui restaient autour du lac [durant les années 1910 à 1920] vivaient bien, tant qu’ils avaient une vache et un cochon. Dans ce temps-là, c’était possible de pêcher du quai et d’attraper du poisson pour le déjeuner, dîner et souper! C’était vraiment un paradis pour le monde qui y restait en termes d’accès à la nourriture», indique M. Peters.

Gilbert Peters profite de sa retraite en siégeant sur plusieurs comités locaux. (Crédit : Courtoisie)

Le nez plongé dans les archives régionales, le duo de chercheurs a notamment identifié la famille Buell, qui a fait partie des premiers résidents du lac et qui possède une île à son nom. Ils ont depuis contacté les descendants de ces pionniers afin d’obtenir des informations sur les origines touristiques du secteur. C’est grâce à des gens comme eux que la municipalité de Moonbeam est si populaire auprès des vacanciers.

«On se fait souvent dire que Moonbeam est l’un des seuls villages dans le Nord de l’Ontario qui peut vivre du tourisme, et c’est grâce au lac Rémi, affirme M. Peters. Le lac est le cœur de Moonbeam.»

Effort collectif pour préserver le lac Rémi

Au cours de ses quatre années de recherches, le retraité a aussi appris que la beauté naturelle du cours d’eau pourrait facilement disparaître et que des efforts de conservation devront être mis en place si le public souhaite profiter du lac pendant encore de nombreuses années.

Le président de l’organisme Les amis du lac Rémi, Denis Bérubé, espère que ce livre contribuera aux efforts visant à protéger le lac pour que les prochaines générations puissent en profiter.

Dans un courriel envoyé en réponse à nos questions, il raconte que «le lac Rémi a joué et continue de jouer un rôle très important dans la vie des gens de notre région. […] On ressent une grande fierté, mais aussi une certaine inquiétude chez Les amis du lac Rémi. Comment peut-on garder un bon équilibre entre une augmentation d’activités, de résidences, etc., et s’assurer que notre petit coin de paradis sera encore là pour nos enfants, nos petits-enfants et les générations à venir? Je pense que le projet de Debbie et Gilbert va servir à renforcer l’importance de prendre bien soin de ce lac qui a une histoire colorée, qui est fragile et qui nous tient tous à cœur.»

Pour contribuer au projet avec des photos ou des histoires, contactez les responsables par Facebook ou par téléphone au 705-332-1210 pour Mme Blais et 705-367-2114 pour M. Peters.

Chris St-Pierre est un gradué du collège La Cité en Radio et un membre l'équipe de CKGN depuis sa sortie en 2017. Le Britanno-colombien de naissance est à la fois animateur, journaliste, producteur, rédacteur, directeur de l’information et directeur de la programmation. Depuis juin 2017, il se trouve à réveiller la communauté durant « Le Réveil du Nord » de 6h à 10h du lundi au vendredi. Il assure aussi la description des matchs et la couverture des Flyers de Kapuskasing. Durant ses temps libres, il travaille comme journaliste assigné au Nord de l’Ontario dans le cadre de l’Initiative de journalisme local du Gouvernement du Canada. Auparavant, il agissait en tant que journaliste préposé aux sports pour le journal kapuskois « La Presse Communautaire/The Community Press » et pigiste pour le journal « Le Voyageur »