Une nouvelle alerte du Bureau de santé Porcupine a été lancée en janvier après avoir constaté un nombre anormal de surdoses dans le secteur de Cochrane. D’après des représentants du BSP, la crise empire de jour en jour depuis plus d’un an.

La crise des opioïdes a pris de l’ampleur dans le nord de l’Ontario selon le Bureau de santé Porcupine. L’infirmier du BSP, Patrick Nowak, estime toutefois que l’augmentation du nombre de surdoses dans la dernière année était percevable avant même le début de la crise sanitaire. Entre janvier et novembre 2020, le BSP a été appelé 248 fois en raison d’une surdose suspectée. Pour tenter de régler le problème, plusieurs intervenants du secteur de la santé ont déjà rencontré des élus de plusieurs paliers gouvernementaux, mais, pour l’instant, la crise persiste.

Malgré tout, Monsieur Nowak indique que plusieurs étapes importantes ont été franchies l’an dernier pour mieux affronter la crise des opioïdes. Par exemple, il souligne que la naloxone gagne en popularité puisque plus de citoyens en ont administré à une personne en détresse. Bien qu’il soit inquiet face à 2021, le Bureau de santé Porcupine mettra en place de nouvelles campagnes de sensibilisations et de mesures, notamment pour lutter contre la stigmatisation de la toxicomanie. De passage à CKGN, le directeur des services de toxicomanie de Cochrane Nord, Denis Beaulac, a parlé de cette stigmatisation et de la crise des opioïdes dans la région. La conseillère en toxicomanie Julie Larochelle a par la suite complété ses propos en expliquant c’est quoi la naloxone en réalité. L’entretien intégral avec les deux intervenants est disponible ci-dessous.